Nombre total de pages vues

Opération ACDC 2019 !

A la suite de l'enquête "Plateau de Fromages" (publiée en décembre 2018 dans la revue ALAUDA) sur le plateau entre Sancy et Puys, nous lançons pour deux années consécutives (2019 et 2020) une autre enquête avec la technique du Distance Sampling sur un secteur intéressant : l'Autre Carré D'à Côté (ACDC). Il s'agit de la zone de Cournols - Olloix - Champeix (63), où J.P. Dulphy a effectué de nombreux suivis depuis presque 30 ans. La zone d'étude fait 2800 ha (28 km2), mais nous excluons les zones boisées de gorges (4 km2), ce qui laisse 24 km2 recensables. Un inventaire test effectué par transects en 2018 avait permis de noter les espèces suivantes (pour vous donner une idée de ce qu'on trouve dans ce secteur) :
 
DONNEES 2018 ACDC Nb mâles Nb autres
Fauvette à tête noire 263 13
Merle noir 251 41
Fauvette grisette 182 9
Pie-grièche écorcheur 128 21
Pinson 123 7
Rossignol 116 0
Pouillot véloce 101 1
Alouette des champs 94 5
Bruant proyer 92 1
Bruant jaune 86 9
Mésange charbonnière 76 6
Bruant zizi 74 10
Alouette lulu 56 20
Coucou gris 54 2
Pigeon ramier 46 6
Verdier 42 10
Linotte 34 31
Fauvette des jardins 29 0
Mésange bleue 28 9
Tarier pâtre 25 8
Pipit des arbres 23 0
Accenteur mouchet 23 0
Grive draine 22 3
Pouillot de Bonelli 20 0
... etc.




Sommaire

I. Résumé des Protocoles
  1. Protocole 1 : Distance Sampling sur plan papier
  2. Protocole 2 : Distance Sampling avec Naturalist sur smartphone ou tablette
  3. Protocole 3 : des points d'écoute de 1991 refaits en 2019
  4. Une matinée sur le terrain pour préciser tout ça et s'entraîner
II. Bilan et analyses
   A. Fin d'étape A (1er passage)
   B. Fin d'étape B (2nd passage)

III. Annexes
  A. Détails des protocoles
  1. Règles communes à tous les protocoles
  2. Protocole 1 : Distance Sampling sur plan papier
  3. Protocole 2 : Distance Sampling avec Naturalist sur smartphone ou tablette
  4. Protocole 3 : des points d'écoute de 1991 refaits en 2019
  B. Visualiser un fichier KML
  C. Les fichiers KML, version ACDC
  D. Premières expériences avec Naturalist


---------------------------------------


Nous résumons ci-dessous l'essentiel du projet, puis nous le développons en annexe avec tous les détails pour les observateurs participants.

I. Résumé des Protocoles

Nous avons trois protocoles de recherche pour 2019 :

1. Protocole 1: Distance Sampling sur plan papier (resp. F. Guélin)

Sur ce secteur de 2400 ha , une première équipe d'au moins 10 observateurs va réaliser 108 POINTS distance-sampling de 10 MINUTES, sur plan papier.
Ces 108 points seront effectués une fois entre le 6 avril et le 15 mai, et une seconde fois entre le 15 mai et le 15 juin. Les 5 premières minutes et les 5 suivantes seront dissociées sur le plan (voir plus loin pour les détails). Ce protocole sera ré-exécuté à l'identique en 2020. Au total, ce seront donc 432 points de 10 mn qui seront disponibles (108 x 2 périodes x 2 ans) !

Voici la carte des points retenus (les points forestiers ont été supprimés):

La dernière version à jour du fichier kml (avec affectations par personne et protocole)
peut être téléchargée en cliquant droit "Enregistrer la cible du lien sous" sur ce lien.
(comment l'utiliser ? Cf. annexes B. et C. en bas de page)


2. Protocole 2 : Distance Sampling avec Naturalist sur smartphone ou tablette (resp. J.P. Meuret)

Une seconde équipe va inventorier, indépendamment, ces mêmes 108 points via des formulaires sur smartphone / tablette (appli. Naturalist) de 10mn aussi, sur les deux mêmes périodes (une fois entre le 6 avril et le 15 mai, et une seconde fois entre le 15 mai et le 15 juin). Cela va nécessiter de placer l'épingle rouge sur chaque oiseau pour mesurer les distances ...

N.B. En 2020, nous testerons un autre protocole smartphone / tablette, celui des EPOC muséum : cette fois, pas d'obligation de positionner les points de manière pré-déterminée, on pourra les effectuer n'importe où ; la durée des points reste à déterminer, selon les résultats ... 2019 bien sûr ! Mais c'est une autre histoire ... concentrons-nous sur 2019 pour l'instant !

3. Protocole 3: des points d'écoute de 1991 refaits en 2019 .. (resp. J.P. Dulphy)

Sur ce secteur (zone rouge), Jean-Pierre Dulphy effectue depuis 1991 des comptages semi-quantitatifs par points, avec une méthodologie qu'il a individualisée. Nous proposons qu'il refasse ses points avec la même méthode que par le passé, et qu'à partir de ses indices relatifs, et des données de densité obtenues par les points DS, nous remontions le temps pour retrouver les densités des années 90, grâce à des coefficients de conversion.


Pour les deux volets de cette opération de terrain ambitieuse, nous aurons besoin de volontaires:  deux fois quinze personnes dans l'idéal (équipe "DS papier" et équipe "DS Naturalist"), pour 10 à 15 points par personne.  

C'est largement faisable, cela vous prendra seulement quatre matinées par an, 2 entre le 6 avril et le 15 mai, et 2 entre le 15 mai et le 15 juin !  Vous êtes intéressé(e) ? 

Écrivez nous (laisser un COMMENTAIRE en bas de page, ou via les e-mails des responsables désignés, si vous les avez déjà)

Qu'espérons-nous obtenir avec toutes ces données ?

- estimations de densités pour une trentaine d'espèces sur 2400 ha 
- calcul des coefficients de conversion points 5 mn /densités pour ces espèces
- Influence de la durée du point (5 ou 10 mn ?)
- comparaison de la technique de saisie (DS papier / DS Naturalist)
- calcul à rebours d'anciennes densités à partir des points effectués par JPD

Plus de détails techniques dans ce document en construction.



4. Une matinée sur le terrain pour préciser tout ça et s'entraîner


Pour finir de se familiariser avec les protocoles et les méthodes de saisies, et pour répondre à toutes les interrogations et questions concrètes qui ne manqueront pas de se poser ... avant d'arriver au pied du mur :-)

Pour les débutant(e)s, aussi bien que ceux/celles qui on déjà participé à une opération similaire (genre "Plateau de Fromages", "RNNVA avec François", ...) ou encore pour les expert(e)s du sujet (on ne sera pas de trop pour expliquer) !
 
La date retenue est le dimanche 31 mars 2019, rendez-vous à 9h précises au parking du cimetière de Cournols (Cf. carte ci-dessous pour l'accès).

Si jamais les prévisions météo sont trop défavorables la veille, on reporte au dimanche suivant 7 avril, même heure, même endroit (dans cette éventualité, je vous préviendrais le 30 mars par mail,   en fin d'après-midi au plus tard ; pas de mail = matinée maintenue).

Nous "bosserons" sur le chemin en contrebas, à quelques distance de la ferme et du village, sur des points fictifs : l'idée sera d'expérimenter en petits groupes les 2 protocoles pour échanger sur les aspects pratiques dans les détails, se poser les bonnes questions et y répondre, préciser ce qui n'est pas clair, se rassurer sur la faisabilité ... etc.

Si vous êtes partant(e), inscription nécessaire auprès de Jean-Philippe Meuret :-)


II. BILANS ET ANALYSES


A. Fin de l'étape A (1er passage)

B. Fin de l'étape B (2nd passage)



III. ANNEXES TECHNIQUES


A. DÉTAIL DES PROTOCOLES


1. Règles communes à tous les protocoles


Dates des relevés : 2 passages doivent être faits sur chaque point : 1 entre le 6 avril et le 15 mai, et 1 entre le 15 mai et le 15 juin ; dans l'idéal, pour bien capter les nicheurs précoces et les nicheurs plus tardifs (migrateurs), il faudrait espacer vos 2 relevés d'un mois, et ne pas trop rapprocher le 2nd du 15 juin (juvéniles envolés, baisse des chants) ; dans la pratique, faites au mieux de vos disponibilités, en privilégiant une bonne météo (voir ci-dessous).

Heure des relevés : le repère c'est l’heure de lever du soleil. Il est conseillé de démarrer une heure après le lever (parce qu'avant çà chante TROP !) mais pas plus tard que 4 heures après.  Par exemple à la mi-mai, le soleil se lève à 6h15, donc démarrage à parti de 7h, jusqu'à 10h ou 10h30... pour faire 6 points de 10 mn (qui totalisent donc 1 heure de protocole) avec les déplacements, çà doit passer ...

Météo : comme pour les points STOC-EPS, éviter les météos défavorables avec trop de vent, trop de pluie, trop de vaches ...

SUR LE TERRAIN

LE REPÉRAGE SE FAIT A L'OREILLE ET A L’ŒIL NU, les jumelles ne servent qu'à CONFIRMER l'identification et à situer mieux l'oiseau éventuellement. Pas de tour d'horizon aux jumelles, c'est de la triche !

Vous aurez remarqué que la grande difficulté (mais çà s'améliore avec l'expérience) est de ne pas noter DEUX fois le même oiseau qui se serait déplacé durant l'inventaire. Difficile (surtout durant 10mn), mais faisable, les oiseaux cantonnés ne sont pas coutumiers de grands déplacements.

La priorité pour la majorité des espèces est de différentier les oiseaux mâles (tous les chanteurs sont des mâles, et certains mâles ne chantent pas mais sont bien visibles : PGE, merle, tarier, etc ..) des AUTRES individus (sexe non identifié ou femelles ou juvéniles).

Quelques consignes supplémentaires :

- on peut raisonnablement compter 1 mâle à CHAQUE fois qu'on voit 2 oiseaux ensemble (à la même distance donc), puisqu'il s'agit très probablement d'un couple (hors espèces coloniales, ou pas encore installée, ou en cas de forte suspicion de juvéniles ... bien sûr :-).

- les oiseaux en vol (hors alouettes, voir ci-dessous) ne sont pas exploitables en DS : on ne les note que si on en a le temps, ils ne constituent pas une priorité ; il vaut mieux rater / oublier un étourneau qui passe qu'un merle mâle posé.

- pour l'Alouette des champs ou la Lulu, le chant en vol rend compliqué le positionnement précis, mais il vaut mieux noter moins précisément que pas noter du tout ! Estimez au mieux !

- pour les pics, chez qui mâle et femelle chantent et/ou tambourinent, si vous ne les voyez pas, difficile à sexer ... ce n'est pas grave, de toute manière, pour ces espèces, on n'exploitera pas le nbre de mâles, mais le nbre brut d'individus tous sexes confondus (puisque les mâles ne sont pas plus facile à détecter que les femelles).

- les mesures à COURTES DISTANCES sont extrêmement importantes pour l'analyse en DS : les oiseaux proches de vous sont stratégiques. Mais vous risquez d'en déranger certains en vous rendant sur le point ! Donc tenue neutre, pas de bruit, allez-y TRÈS doucement, et commencez à noter (sur papier ou mentalement) AVANT d'être sur le point (mettons 50 m avant) : il ne faut en rater aucun, et les localiser aussi précisément que possible.

- les 5 premières minutes de l'inventaire de chaque point DOIVENT être effectuées comme si c'étaient les dernières, à concentration maximale ! Eh oui, si vous avez un petit doute sur une identification pendant ces 5 premières minutes, N'ATTENDEZ PAS la 7 ou la 8ème pour vous décider, sinon ... vous aurez biaisé l'inventaire, en déplaçant cette observation de la 1ère tranche de 5mn ... à la seconde tranche de 5mn ! (rappelez-vous, on cherche à savoir si 5mn, c'est suffisant pour une exploitation fructueuse des données en DS : si certaines données de cette 1ère tranche en sont artificiellement otées, cela fait artificiellement pencher la balance dans le sens du NON :-)

- c'est trivial, mais ... la 1ère tranche de 5mn se termine juste avant 5mn00s, moment auquel commence la 2nde tranche de 5mn, qui elle se termine juste avant 10mn00s !

si votre point s'avère INACCESSIBLE (vaches, crue, broussailles ...), déplacez-le un peu, mais cela doit être exceptionnel (à moins de 100 m) ! Placez le sur le site accessible le plus proche ! Les distances devront être mesurées à partir de ce nouveau point, évidemment !

si votre point est situé à l'intérieur d'une parcelle de prairie en pousse, ou pire d'une culture quelconque, ou si vous deviez en traverser une pour y arriver, vous DEVEZ le déplacer (respect des cultures et récoltes à venir !) sur le site accessible le plus proche (chemin, bord de parcelle, ... à moins de 100 m). De même, les distances devront être mesurées à partir de ce nouveau point, évidemment !

- dernière chose, mais pas des moindres : même si un courrier explicatif a été envoyé aux mairies des communes concernées, pour prévenir les propriétaires de nos passages, il n'est pas impossible que ces derniers, ou d'autres riverains, manifestent d'une manière ou d'une autre (explicitement ou implicitement) une certaine interrogation ou même inquiétude (légitime) à nous voir opérer .... dans ces endroits perdus, à ces heures indues, et d'une manière qui nous paraît normale à nous, mais qui ne l'est pas pour le commun des mortels !
Le meilleur conseil, c'est :
* de toujours saluer franchement les passants, d'un bonjour de vive voix, d'un coup de tête ou d'un geste de la main en voiture, ou même de loin à l'autre bout d'un champ ...
* de ne pas hésiter à aller au devant des passants qui semblent s'interroger ... pour leur expliquer simplement et objectivement ce que nous faisons : mairie prévenue, LPO Auvergne, inventaire des oiseaux communs, bénévolat, simple étude : pas d'autres projets (éviter d'évoquer toute action de protection locale)... tout en vantant la beauté des lieux, leur état de préservation favorable grâce aux bonnes pratiques agricoles, ... etc (dans le sens du poil) ... voire même en demandant si notre présence ne pose pas de problème, ou en annonçant l'endroit du point suivant et en demandant si ça ne dérange pas ...
Ce comportement franc, ouvert  et modeste devrait permettre d'éviter dans la plupart des cas des confrontations délicates, les énervements, ou des filatures en voiture (vécu par François fin mai, et pas d'autres en d'autres lieux.
Et si la conversation dure plus de qq secondes, au milieu d'un point, ... juger si on peut demander un peu de patience à l'interlocuteur, ou s'il faut vraiment s'interrompre (pour recommencer le point à 0 plus tard ... tant pis).




2. Protocole 1: Distance Sampling sur plan papier (resp. F. Guélin)
 pour le protocole 2 (DS Naturalist), allez beaucoup beaucoup plus bas .. désolé)

1: Demandez votre  fichier kml : signalez-vous auprès de J.P. Meuret pour avoir les points que vous avez auparavant négociés ... à choisir à l'aide du KML de tous les points de la zone ACDC (téléchargeable via le lien sous la carte en haut de page).

2: Ouvrez ce fichier kml sous Google Earth, ou dans le GeoPortail IGN (Cf. annexe ci-dessous sur le sujet).  Importer votre fichier, et choisissez la couche carto. photo aérienne.

3: Faire des copies d'écran de vos points.
L'idéal est d'avoir au moins 150 m de rayon (200m étant l'idéal, proche d'une échelle 1/2000e) sur votre page A4, le point étant situé au centre de la page. Sur Google Earth, toutes les échelles peuvent être choisies, mais pas sur le GeoPortail.

Effectuer une copie d'écran pour le plan de chacun de vos points (touche clavier ImpEcr ou PrSc ..) ou avec l'outil Capture d'écran de Windows, copier le plan AVEC LA BARRE D’ÉCHELLE qui vous permettra les calculs de distance.

Comme ceci (converti en noir et blanc, mais ce n'est pas obligatoire):
 L'échelle est ici juste au dessus de ce texte (4 graduations = 101 mètres). Cliquez sur la photo pour l'agrandir. Il peut être intéressant d'éclaircir vos plans pour mieux voir dessus ce que vous écrivez.
 
5 : imprimez vos plans (si vous faites 12 points, il vous faudra 24 tirages annuels puisque chaque point est réalisé deux fois)

SUR LE TERRAIN


Nous vous conseillons de travailler sur surface rigide , avec stylos indélébiles (et plusieurs en cas de panne).


Noter sur votre plan , votre nom, la date, l'heure de début. Les marges blanches sont bien pratiques pour noter des données ou remarques complémentaires (par ex. les oiseaux en vol si vous avez le temps de les noter, car ils ne sont pas prioritaires, car pas exploitables en DS ... hors alouettes et coucou ...).

Et puis, c'est parti pour 10 mn, avec changement de couleur ou de mode de notation à la fin des premières 5 mn (car nous allons étudier l'intérêt de passer de 5 à 10 mn). L'ordre de réalisation des points n'a pas d'importance (vous pouvez l'inverser si vous le souhaitez lors de la 2e période)

La priorité est de noter les oiseaux mâles (tous les chanteurs sont des mâles, et certains mâles ne chantent pas mais sont bien visibles : PGE, merle, tarier, etc ..). Les AUTRES individus (sexe non identifié ou femelles ou juvéniles) sont notés avec un symbole spécifique.

La notation peut se faire comme ceci :


Dans ce cas, les données supplémentaires obtenues pour la seconde période de 5 mn, entre le début de la 6ème minute et la fin de la 10e minute (de 5:00 à 9:59), sont CERCLÉES de rouge. Ce sont bien des données SUPPLÉMENTAIRES (on ne recommence pas la deuxième tranche de 5 mn à zéro).

Par exemple ici on contacte, dans les 5 premières minutes (0:00 à 4:59), un pic épeiche (PE) deux alouettes des champs (ACH), un pigeon ramier (PR), une fauvette grisette (FG), une PGE (devinez) , une FTN, un Merle noir (MN).

Puis à partir de 5mn00, on note EN PLUS une seconde FTN, une seconde FG, une 3ème alouette (qui chante en même temps que la seconde = pointillé), une seconde PGE, un second merle.

Encore une fois, il faut essayer de ne pas noter DEUX fois le même oiseau qui se serait déplacé (que ce soit dans la même tranche de 5 mn ou entre les deux tranches). Difficile, mais faisable, les oiseaux cantonnés ne sont pas coutumiers de grands déplacements.

Quelques consignes supplémentaires :

- pour les espèces à chant puissant, vous serez HORS CARTE (ex le coucou !) dans ce cas vous notez en marge du plan une estimation de la distance , si possible avec une carte d'appoint.

- Les mesures à COURTES DISTANCES sont extrêmement importantes pour l'analyse : les oiseaux proches de vous sont stratégiques. Mais vous risquez d'en déranger certains en vous rendant sur le point ! donc, un conseil, tenue neutre, pas de bruit, et allez-y TRÈS doucement, enfin commencez de noter AVANT d'être sur le point (mettons 50 m avant).

DE RETOUR A LA MAISON


Il va falloir mesurer sur plan les distances de tous les oiseaux contactés !

D'abord, calculer l'échelle. Dans l'exemple cité plus haut, les 4 graduations sur 101 m font -si vous avez imprimé sur A4 -  61 mm.
La division donne donc 1 mm sur carte = 1.66 m dans la réalité (1/1666). Vous n'avez plus qu'à mesurer toutes les distances radiales en mm, et à les multiplier par 1,66, pour avoir la distance en m.


La saisie des résultats se fait sur tableur (format Excel, Libre-Office ou Open-office) de la manière suivante :


Voici d'ailleurs un modèle de fichier de saisie Excel (à télécharger) (version 2, plus pratique) !
Et la liste des codes des espèces les plus courantes (à respecter scrupuleusement).

Ce fichier est à transmettre à François Guélin.



3. Protocole 2 : Distance Sampling avec Naturalist sur smartphone ou tablette (resp. J.P. Meuret)

1: Demandez votre fichier KML: signalez-vous auprès de J.P. Meuret pour avoir les points que vous avez auparavant négociés ... à choisir à l'aide du KML de tous les points de la zone ACDC (téléchargeable via le lien sous la carte en haut de page).
dernière minute : en l'état actuel des "attributions" de points, nous craignons de ne pas pouvoir couvrir tous les points ; si possible, essayez de choisir des points au centre des zones non encore couvertes avec ce protocole, afin d'optimiser la représentativité globale de l'inventaire par rapport aux milieux naturels de la zone entière :-)

2: Ouvrez ce fichier kml sous Google Earth, ou dans le Geoportail IGN (Cf. annexe ci-dessous sur le sujet) ; Importer votre fichier, et choisissez la couche carto. "photos aériennes".

3: Repérez bien la position de chacun de vos points, pour pouvoir vous y positionner aussi précisément que possible le moment venu sur le terrain ; l'idéal, c'est d'avoir cette photo. satellite et cette position précise de chaque point facilement accessible sur le terrain ... Pour cela, vous pouvez :

   a: Faire des copies d'écran de vos points et les copier sur votre smartphone / tablette.
 
    L'idéal est d'avoir au moins 150 m de rayon (200m étant l'idéal, proche d'une échelle 1/2000e) sur votre page A4, le point étant situé au centre de la page. Sur Google Earth toutes les échelles peuvent être choisies , mais pas sur le GeoPortail.
 
    Effectuer une copie d'écran pour le plan de chacun de vos points (touche clavier ImpEcr ou PrSc ..) ou avec l'outil Capture d'écran de votre ordi. ; n'oubliez pas d'inclure la barre d'échelle qui vous permettra de vous repérer plus objectivement.
 
   b: Utiliser une appli. de votre smartphone qui vous permette suffisamment de précision (ex. https://ignrando.fr/boutique/appli-iphigenie, payante, qui permet de naviguer sans réseau, ou l'appli. gratuite https://play.google.com/store/apps/details?id=fr.ign.geoportail, mais qui nécessite du réseau sur le terrain).

   c: Faire des copies d'écran de vos points (même méthode que ci-dessus) et les imprimer sur papier.

4. Même si notre protocole n'est pas exactement identique aux EPOC du Muséum National d'Histoire Naturelle, regardez la video réalisée par la LPO Auvergne sur ce sujet, c'est une excellente introduction pratique à ce qui suit :
   https://www.faune-france.org/index.php?m_id=20023


SUR LE TERRAIN


Vous faites un formulaire de 10mn, dont les 5 premières minutes constituent aussi un formulaire de 5mn ; mais pas besoin de vous préoccuper de cette "barrière" des 5mn, Naturalist s'en occupe pour vous (il "horodate" chaque donnée, ce qui permettra lors de l'exploitation de séparer les données des 5 premières minutes des autres).

Comment procéder avec Naturalist ?

Tout d'abord, une demi-journée de formation / entraînement sera organisée fin-mars - début avril, inscrivez-vous auprès de Jean-Philippe Meuret !

A. Configuration de Naturalist (à la maison, avec du Wifi / un forfait au moins 500Mo en 4G) :

1. Préférences / Localisation / Cartes hors-ligne : Installez les couches cartographiques "OrthoPhoto 5m" et "Open Street Map" pour la zone de vos points,

2. Préférences / Localisation / Utilisation du GPS : Choisissez "En continu" ("économiser la batterie" ou "haute réactivité", selon la puissance de votre batterie) ; sinon, votre position ne pourra pas être enregistrée, et vos données seront inexploitables en Distance Sampling (distance observateur - oiseau non calculable),

3. Préférences / Espèces / Liste d'espèces / Oiseaux : si ce n'est pas déjà fait, chargez une des 2 listes "site web de référence" (Faune Auvergne) ou "zone géographique"


B. Ensuite, pour CHAQUE point, sur le terrain :

Vous n'avez pas beaucoup de temps, soyez prêt, vigilant et concentré, les 5 première minutes sont plus difficiles :-)

1. AVANT d'arriver sur le point (disons 100m avant pour ne pas déranger les oiseaux),

a. activer le GPS de votre téléphone / tablette si ce n'est pas déjà fait.

b. il faut laisser du temps à votre GPS pour trouver tous les satellites nécessaires (cela peut prendre jusqu'à 1mn) ; pour cela, commencez la saisie d'une donnée ponctuelle (le bouton "+" = "directement sur le terrain"), et attendez que le petit smiley donnant votre position sur la carte devienne jaune (il est gris avant) et que sa position se stabilise (il peut de déplacer encore un peu pendant qq s) ; au besoin, cliquez sur le bouton de repositionnement en bas à droite, pour vérifier que le repositionnement se fait rapidement maintenant.

c. il faut également laisser le temps à votre téléphone de récupérer les couches cartographiques Google si vous avez du réseau 3G (limite), 3G+ ou 4G (et +) ; l'attente du positionnement GPS ci-dessus (b) suffira normalement ; et puis faites le choix de la couche cartographique la plus pratique pour CE POINT : sans réseau, vous n'avez plus que le choix entre "OrthoPhoto 5m" (utilisable dans les milieux ouverts à semi-ouverts qui nous intéressent) et "Open Street Map" (à réserver aux zones bâties, inutilisable autrement) ; mais en présence de réseau 3G (limite), 3G+ ou 4G (et +), les fonds photographiques Google sont utilisables en toute situation, et beaucoup plus précis : à privilégier !

d.  quand le petit smiley jaune s'est calmé, et que votre couche cartographique préférée pour ce point est chargée, annulez la saisie de la donnée ponctuelle !

2. En approchant du point, mais toujours AVANT, environ 50m avant donc, arrêtez-vous 30s ou 1 mn pour :

a. écouter et observer les oiseaux présents à peu de distance du point, et qui s'envoleront / fuiront probablement à votre approche : mémorisez leur position, et préparez vous à les noter dans Naturalist ... mais ne le faites pas maintenant ! (si vous le faites, les données en question seront inexploitables en DS, puisque votre géolocalisation sera différente de celle du point, les distances observateur - oiseau seront trop grandes).

b. ensuite, reprenez votre progression, doucement, jusqu'au point, en repérant leurs déplacements éventuels pour ne pas les recompter 2 fois par la suite.

c. démarrez un "formulaire par liste sur le terrain" et, avant de vraiment commencer l'inventaire, IMPORTANT : renseignez le champ Commentaire avec 3 ou 4 éléments, peu importe l'ordre ou la casse (minuscules ou majuscules), mais n'en oubliez pas :
* le mot clef "ACDC",
* le numéro du point (1 à 3 chiffres),
* le type de fond de carte / photo utilisé, parmi ces 3 : "OSM" (pour Open Street Map), "OrthoPhoto" ou "Google".
* si et seulement si la météo n'est pas bonne (ce qui ne devrait pas arriver, mais on fait ce qu'on peu), qq mots pour dire : pluie, vent fort, 125°C à l'ombre ... etc.
Bien sûr, si vous avez autre chose à dire ... n'hésitez pas !

d. Attention : ne validez pas tout de suite le commentaire en cliquant sur "Suivant", car le chrono. commencerait à tourner ; attendez d'être vraiment arrivé sur le point ...

e. continuez votre progression jusqu'au point, tout en surveillant les petits malins qui essaieraient d'échapper à vos sens sur-entraînés ;-)

3. En arrivant enfin sur le point

a. Validez le commentaire en cliquant sur "Suivant", c'est parti, le chrono. tourne !

b. forcer vite fait la re-géolocalisation au besoin, et attendre le petit smiley jaune (il doit arriver très vite normalement, dans la seconde).

4. Comment saisir les données ?

a. bien sûr, notez tout de suite les oiseaux proches du point cible et mémorisé en 2.

b. chaque oiseau doit être noté INDIVIDUELLEMENT, de manière à le localiser précisément, et à pouvoir différentier les mâles ... des autres, c'est très important ;
exception, pour gagner du temps : plusieurs oiseaux de la même espèce, au même endroit, tous des mâles ou alors tous des non-mâles (autres) ... dans ce cas, vous pouvez changer l'effectif de la donnée (ET dans la page Détails si vous en avez eu besoin, voir c. ci-dessous).

c. chaque oiseau doit être positionné précisément sur la carte (épingle rouge), aussi précisément que possible, ce qui n'est pas toujours facile ... faites au mieux, en zoomant et en vous servant des repères visibles sur la carte / photo satellites (arbres, buissons, rochers, haie, autres limites de parcelles, bâtiments ...) ; et s'il est loin, ou invisible, estimez au mieux, faites l'effort d'essayer (mais si vous ne savez vraiment pas en gros à quelle distance il est, ne saisissez simplement pas la donnée : les données à grande distance sont peu importantes, sauf pour les espèces à chants puissants, voir ci-dessous).

d. chaque oiseau (supposé) non volant (et chaque alouette ou coucou, même volant) doit être classé dans 1 des 2 catégories "mâle" ou "autres : femelles, jeunes ou non sexés" ; pour cela, 3 possibilités :
- mâle chanteur : le code atlas "2 = mâle chanteur (ou cri de nidif.) en période de reproduction" suffit, pas besoin de préciser "1 mâle" dans les détails
- mâle non chanteur : préciser "1 mâle" dans les "Détails" de l'observation
- autre que mâle (femelles, jeunes ou non sexés) : pas de Détail à préciser (pas nécessaire), MAIS dans ce cas, ne PAS UTILISER le code atlas "2 = mâle chanteur (ou cri de nidif.) en période de reproduction" !
cependant, si vous avez du temps, et uniquement dans ce cas, vous pouvez bien sûr préciser d'avantage la donnée, avec la page Détails de l'appli. (femelle, adulte/juvénile, ...)

e. pour les oiseaux en vol (sauf alouettes et coucou), et uniquement si vous en avez le temps, utilisez là encore les "Détails" dans Naturalist (catégorie "en vol") (pas prioritaires, car non exploités en DS).

f. pour les espèces à chant puissant, la localisation précise est souvent difficile (ex. : Coucou, Grive draine, Ramier) : dans ce cas, essayer quand même, faites au mieux, en vous aidant du relief, des postes de chant probables pour l'oiseau, même à 100 ou 200m près si c'est très loin.


5. Fin du formulaire : lorsque le chrono dépasse 10mn (vous avez qq secondes, pas de panique, mais ne dépassez pas 11mn ... et puis ... voir c. ci-dessous pour les données pas encore saisies),

a. arrêtez le formulaire : bouton carré "Stop",

b. validez le formulaire via l'un des 2 boutons "J'ai signalé toutes les espèces observées" ; car c'est bien ce que vous venez de / devez faire : noter TOUS les individus de toutes les espèces (sauf peut-être qq oiseaux en vol, car si vous manquez de temps, priorité aux espèces exploitables en DS : mieux vaut ignorer / rater des oiseaux en vol (hors alouettes) que de rater un merle chanteur à courte distance !).

c. ne bougez pas, prenez 1 ou 2mn de réflexion pour répondre à la question : ai-je bien saisi TOUS les oiseaux (de la liste ci-dessus) que j'ai contactés ? Car il est très possible que vous n'ayez pas eu le temps de saisir certaines données pendant les 10mn, ou même pendant les 5 premières minutes ; ou que vous ayez simplement oublié d'en saisir certaines dans le feu de l'action (vécu !), .

Pas de panique, Naturalist est bien fait : vous pouvez les ajouter au formulaire après sa fin, en cliquant sur une des données de ce formulaire (dans la liste des "observations à synchroniser" sur l'écran d'accueil de l'appli.), et en choisissant "Ajouter une observation à la liste".
Vous pouvez ensuite choisir l'heure précise de la donnée : c'est important, selon que la donnée "oubliée" ou pas saisie par manque de temps appartient à la première tranche de 5mn ou à la seconde => elle doit être impérativement attribuée à la bonne tranche (mais peu importe la minute exacte).

ATTENTION : faites cela lorsque vous êtes ENCORE physiquement sur le point, et pas 10mn après, à plusieurs km de là, sinon la donnée ne pourra pas être exploitée (distance observateur - oiseau non significative !)

Bien sûr, n'en profitez pas pour ajouter des oiseaux que vous auriez contactés avant ou après les 10 mn de l'inventaire !

d. si vous avez du réseau, vous pouvez maintenant transmettre votre formulaire à Faune-Auvergne, en cliquant sur "N observations à synchroniser" en bas de l'écran d'accueil de l'appli. ;
si vous n'avez pas de réseau, l'opération peut attendre le point suivant, ou votre retour à la maison et son réseau Wifi (le téléphone les conserve sans limitation, pas de souci, même si la batterie tombe en rade) ...

DE RETOUR A LA MAISON


C'est le grand avantage avec la saisie Naturalist : vous n'avez strictement RIEN à faire une fois le formulaire terminé (et commenté) sur le terrain ... à part le transmettre à Faune-Auvergne (voir 5.d. ci-dessus) :-)






4. Protocole 3 : des points d'écoute de 1991 refaits en 2019 (resp. J.P. Dulphy)

En 1991-1992, puis à nouveau en 2011-2012, J.P. Dulphy réalise, sur la zone ACDC, 40 points d'écoute de 20 mn chaque année, soit 80 points pour chaque couple d'années. Ces points sont réalisés pour la majeure partie entre le 20 avril et le 20-25 juin.  Tous les individus sont notés pour toutes les espèces, ce qui permet d'obtenir un Indice Ponctuel d'Abondance Simple (IPA simple) qui donne la moyenne du nombre d'INDIVIDUS de chaque espèce par POINT.
Ces IPA sont dits "simples" car la méthodologie des IPA "orthodoxes" demande d'effectuer deux passages. Dans ces IPA simples, les chants, cris, vus, mâle ou femelle, sont tous notés comme 1 individu.



B. Visualiser un fichier KML (quelconque)

Un fichier KML (extension .kml) est visualisable :

* soit sur le site geoportail.gouv.fr (le plus simple) :
  - allez à Cournols par ex., via la recherche ;
  - puis, tout à droite : Outils / Importer des données / Choose file => désignez votre fichier KML ;
  - puis Importer ... et hop.

* soit dans Google Earth Web : earth.google.com (attention, ne fonctionne que depuis le navigateur Chrome de Google, et dans Chromium, la base open source de Chrome)
  - dans les "Paramètres" (1er bouton "menu" tout en haut de la barre à gauche, puis Paramètres, puis, tout en bas, "activer l'importation des fichiers KML (fonctionnalité expérimentale)"
  - dans "Mes lieux préférés" (5ème bouton en partant du haut dans la barre de gauche),
     "Importer un ficher KML"

* soit dans Google Earth "client lourd" si vous l'avez installé sur votre ordi.
   (version "Pro" ou alors une vieille version du temps où c'était plus simple).



C. Les fichiers KML, version ACDC

Que ce soit pour le fichier montrant TOUS les points et leurs attributions (avec protocole) aux observateurs, ou celui que vous recevrez en tant que participant à l'enquête, le code couleur est le suivant :

   - en bleu ciel : points pas encore attribués, pour aucun protocole,

   - en rouge : déjà attribués pour les 2 protocoles "Papier" et "Naturalist",

   - en vert : déjà attribués, mais uniquement pour le protocole "Papier",

   - en fuchsia : déjà attribués, mais uniquement pour le protocole "Naturalist".

Chaque point est également agrémenté de 3 cercles concentriques bien pratiques sur vos plans papier imprimés pour le protocole ... "Papier" : ils donnent des repères de distances (les mêmes que les "bornes" utilisées pour le STOC EPS : 25m, 100m, 200m).

Enfin, en cliquant sur le numéro de chaque point, vous obtiendrez le nom des observateurs et des protocoles pour lesquels ils sont déjà attribués (ou pas).

D. Premières expériences avec Naturalist


Cyrill07/04/2019 : 5 points, 4 avec la tablette, 1 avec le smartphone :


* La géolocalisation a fonctionné parfaitement sur tablette ce matin, peut-être parce que j'avais lancé la géolocalisation depuis la maison avec la carto de google, et la géolocalisation a perduré.

* Batterie encore bien pleine après la matinée de fonctionnement non stop. (74%)

*  Avantage tablette : grand écran et donc position des oiseaux plus précise.

* Inconvénient par rapport au smartphone : même avec la luminosité à fond, les reflets du ciel bleu sont gênants. Sur smartphone, avec la luminosité à fond, c'est parfait, même en pleine lumière.

Jean-Philippe  07/04/2019 : 8 points avec smartphone :

(sans reconnaissance préalable, c'est un peu trop, il faut prendre un peu plus de marge, même si la météo un peu grise et fraîche ont favorisé les chants même après 11h)

* vague impression de rater qq piafs, par petits moments de sur-concentration "immersive" sur le téléphone,
* certitude aussi d'être débordé à qq moments, et donc d'oublier un piaf entendu, même si on se dit "je vais le saisir juste après" ... car juste après ... on l'a oublié, un ou  autres ont chanté entre temps,
* la frontière des 5mn est cas-pieds pour ça : quand on est débordé à la fin des 5mn, ou qu'un piaf chante à 4mn50 ou après, on n'a guère le temps de le saisir dans la 1ère tranche des 5mn, et donc il faut penser à le décaler après la fin du formulaire ... ça va pour 1 ou 2, mais au delà ?
* assez pénalisant aussi (par rapport au papier), de ne pas avoir la carto. des contacts passés,
pour les espèces nombreuses (même si on a une liste simple en 1 clic): merle, FtN, ... est-ce que je l'ai noté ce 5ème chanteur-là ? Trop dur (jusqu'à 3 pour moi, ça va, pas au delà).
* côté luminosité ... pas très facile c'est vrai, et surtout avec le fond photo Google, qui est très précis, mais sombre. Bien plus sombre que l'orthophoto (j'y ai été forcé sur 1 seul point).
* enfin, c'est important, avant de démarrer le point, de se repérer et de s'orienter (le téléphone, on ne peut pas le tourner ...). J'ai perdu facilement 30s sur 2 points avec le fond google sombre, datant d'une autre saison, donc avec des contrastes de couleurs ne collant pas avec la réalité du moment : je ne reconnaissait simplement pas les parcelles !!!

Mais qu'est-ce que c'est bien de n'avoir qu'à "Transmettre mes données" (d'un clic) une fois rentré à la maison :-)







Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Contactez-nous :